L'Habitat en Soudan

 

1) Généralités

     Le Soudan, comme tout le monde pourrait se l'imaginer est sous un climat aride, chaud et sec. La majeure partie du pays est désertique, l'habitat traditionnel sera en toute logique en terre. Au Soudan, deux zones se distinguent très clairement. La région au Nord de Khartoum (la capitale) et la région au Sud de Khartoum. Le Nord correspond au désert Soudanais, des étendues de sables à perte de vues, pas de végétation. Quant au Sud c'est plutôt de la savane, on y trouve alors des arbres, de la végétation, même si l'ensemble reste sec. Cette différence entre le Nord et le Sud va également se voir dans l'habitat traditionnel. On distingue donc deux grands types d'habitat au Soudan, vous l'aurez compris, celui du Nord et celui du Sud.

     L'habitat du Nord va être à peu près équivalent à ce que vous avez pu voir pour celui de l'Egypte. Les maisons vont être construites en terre, vont avoir une toiture terrasse... En revanche, l'utilisation de la terre n'est pas faite tout à faite de la même façon. En Egypte, nous avions vu qu'ils construisaient avec des briques de terre cru, résultant d'un mélange de terre, d'eau et de végétation. La végétation étant rare dans le Nord du Soudan, les murs vont être fait à base d'eau et de terre. Cela s'appelle des murs en bauge. Ils ne supportent qu'une toiture légère ou alors reçoivent des bois qui vont supporter la toiture, les murs ne sont alors plus que des parois isolantes et n'ont plus aucun rôle porteur. Vous pensez peut-être que ces constructions sont plus fragiles que celles construites en briques de terre. Et bien vous avez raison. Le principale élément qui détériore les murs en terre est l'eau. Or dans cette partie du Soudan, il ne pleut que très rarement et dans le cas contraire, les gouttières placées sur le toit font le reste du travail. Mais effectivement, dans le cas d'une forte pluie, les maisons seraient fortement endommagées, voire détruites.

L'habitat du Sud va être aussi en terre (puisque le climat reste chaud et sec malgré tout) et travaillé de la même façon, c'est-à-dire, des murs en bauge. En revanche, dans cette région où il pleut plus souvent qu'au Nord, il va falloir un toit incliné. Ayant de la végétation, les toits vont être construit en paille. On retrouve également plus facilement des constructions en briques de terre cru (adobes). Les maisons du Sud sont à base ronde avec une toiture en chaume. Elles peuvent faire jusqu'à environ 15 mètres de diamètre. La base ronde permet d'asseoir plus facilement la toiture, qui n'a alors pas besoin de poteaux, à l'intérieur de la maison, pour la supporter. De même que pour l'habitat du Nord, on va avoir dans les murs, des bois d'un important diamètre qui vont soutenir la toiture. La toiture peut être construite de deux manières : soit elle est assemblée au sol, puis portée sur les murs, soit elle est construite directement sur le toit. Les deux techniques varient suivant la taille de la maison. Enfin, on peut remarquer qu'elle est constituée de quatre bois principaux et d'une multitude de bois secondaires et tertiaires. Vient ensuite la chaume, qui est attachée en son sommet.

     Comment construit-on un mur en bauge : La terre, une fois prélevée, est nettoyée est additionnée à de l’eau et du sable. Une fois celle-ci plastique, elle est roulée en boudins et en boules de 10 cm environ, avant d’être utilisée pour la construction. La méthode de construction est très proche de la poterie : les boules sont superposées par impact en couches d’environ 15 cm. Les couches sont ensuite travaillées et lissées à la main pour leur donner une forme homogène. Le mur monte en rétrécissant sur les deux faces jusqu’au sommet à environ 15 cm. Les deux ou trois premières couches sont plus larges (environ 20 cm) et plus hautes (environ 50 cm).

     Au Nord comme au Sud, j'ai pu constater que chaque maison était isolée autour d'un espace de vie privée (une espèce de jardin) entouré d'un mur. Les villages ressemblent en quelque sorte à des zones pavillonaires. A l'intérieur de cet espace, l'organisation est très intéressante. Il y a en général deux bâtiments. Le premier est pour ainsi dire la maison et le deuxième est la cuisine. On trouve également un espace extérieur couvert par des végétaux où les habitants viennent se détendre et dormir lors des fortes chaleurs. Mais ces espaces de vies extérieurs (qui peuvent être aussi des bâtiment annexes) séparent les hommes et les femmes. Par exemple, lors de banquets, les hommes et les femmes occupent leurs espaces respectifs.

 

2) L'habitat Soudanais :

Dans le Nord du Soudan, l'habitat traditionnel a une architecture simple, faite en terre mais sans végétaux, contrairement aux constructions rencontrées en Egypte. L'habitat est certes plus fragiles, mais recevant moins de pluie, il résiste aux épreuves du temps.

Les habitations sont isolées les unes des autres par un mur d'enceinte qui définit la propriété de chacun. On peut voir sur cette photo la maison au centre et la cuisine, côté gauche. On trouve de part et d'autre de la maison, les espaces de détente des hommes et des femmes.

Voici le schéma de ce que j'expliquais au-dessus.

(tourner de 90° dans le sens contraire des aiguilles d'une montre pour recoller sur la photo du dessus).

Une maison côté rue, entourée par son mur d'enceinte.

Pour bien protéger les murs en cas de pluie, des gouttières sont disposées tout autour de la maison, permettant d'envoyer l'eau suffisamment loin.
Sur cette photo on voit très clairement à quoi ressemble un mur en bauge et lissé.

Comme vu l'avez lu précédemment, pour construire un mur en bauge, il faut monter étape par étape. Le mur se rétrécie au fur et à mesure. Vous voyez sur cette photo le résultat. Cela forme des strates et on constate que le mur a une base plus large que son sommet. Ce mur n'a pas été lissé comme sur la photo précédente par exemple.

(Survolez la photo pour zoomer).

Le Sud, autre région, autres paysages. Ici, la végétation existe et il pleut plus souvent. Il a donc fallu construire des toits permettant d'évacuer l'eau, donc avec une pente.
Les toits sont en chaume ce qui permet à la maison de respirer.
Certaines constructions sont à bases carrées, mais la plupart des maisons sont rondes car elles sont plus faciles à construire, notamment pour le toit.

Quatre bois principaux forment l'ossature principale du toit. Viennent ensuite des bois secondaires, puis tertiaires.

(vous sentez que vous fatiguez, n'est ce pas ?? Votre vision se trouble, vos paupières sont lourdes, vos yeux se ferment. Mais non, c'est la photo qui est floue, désolé).

La toiture est moulée avec le toit, nous sommes dans le cas où le propriétaire a construit son toit directement sur les murs. Ce qui était nécessaire, sachant que la maison avait un diamètre d'environ dix mètres.
VIens ensuite la paille qui est disposée par paquet, puis attachée à l'ossature,
pour être finalement attachée au sommet.

Pour finir, voici une maison à la frontière éthiopienne. Vous constaterez sans doute (si vous commencez à être bon !) que les parois de cette maison ne sont pas en terre, mais en bois. Pourquoi me demanderez-vous ??? Très bonne question, je vous répondrais. Voir le prochain habitat, celui d'Ethiopie pour comprendre.



3) Quelques remarques :

     Les habitations au Soudan sont souvent isolées les unes des autres, comme nous l'avons vu, par un mur d'enceinte qui délimite la propriété de chacun. Ceci est tout à fait intéressant puisque ça ne répond en aucun cas aux besoins climatiques. C'est exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire. Sa disposition n'est donc pas du tout adaptée au climat aride. On a ici un exemple où la donnée climatique n'est pas la plus déterminante. Le facteur qui prédomine est sociologique. C'est tout le contraire de l'habitat nubien (voir habitat égyptien) qui lui, offrait un confort thermique de qualité.

     Ensuite, j'ai souvent constaté que les murs des habitations n'étaient pas très épais. Dans bien des cas, ils font dix centimètres au plus. Ce qui est largement insuffisant pour se protéger de la chaleur. Par conséquent, il fait aussi chaud à l'intérieur de la maison qu'à l'extérieur. Dès lors, l'unique endroit pour se protéger de la chaleur est l'espace couvert de végétation (présenté précédemment) qui est largement insuffisant pour lutter contre les températures soudanaises.

     En résumer, rien n'a réellement été calculé pour lutter contre le climat. Ainsi, la maison n'offre plus de confort thermique.

     Malgré tout, dans l'hypothèse d'une amélioration de l'habitat traditionnel, la donnée sociologique devrait rester un facteur prédominant, sans quoi, proposer des solutions ne répondraient pas aux attentes des habitants.