Carnet 28 : Portraits en tout genre, les indiens sont à l'honneur.




Puisque ceci est un carnet "en tout genre", j'ai décidé de mettre volontairement un peu d'ordre, on n'est pas des sauvages après tout.
J'ai donc décidé de classer les portraits par catégorie. Pour commencer les enfants, les plus jeunes.
En Inde il est plutôt facile de prendre des portrait, je dirai même qu'il est plutôt difficile d'arrêter !
A chaque coin de rue, les enfants veulent leur photo et exécutent des poses canons et pleines d'expression.
Je crois qu'on est d'accord, des poses canons pleines d'expression !
A croire qu'il n'en revienne pas que je le prenne en photo. Je ne sais pas si vous avez remarque mais depuis le début je vous présente des enfants, deux par deux, c'est normal, c'est voulu. Je vous avez dit que ce carnet était bien rangé !
Bon là ils sont deux à la base, c'est pas comme je trichais.
et là, il y a un plus vieux qui s'est incrusté, j'y peux rien quand même !
Donc maintenant on passe à trois,
mais trois c'est pas terrible, donc sans transition, on passe à quatre. Elles sont belles les indiennes n'est-ce-pas ?
Et puis quatre c'est pas terrible non plus, donc ... je suis lourd là ? Je crois que vous avez compris que ce carnet était ordonné.
L'équipe de sportifs du dimanche (photo prise le dimanche en plus, mais quel talent !) dans les rues de Jodhpur.

Parti visité le fort de Jodhpur (voir le carnet précédent) avec Sylvain on trouve encore le moyen de se faire harceler par des enfants, mais pour notre plus grand plaisir évidemment.

Ou encore au temple de Ranakpur, là ça a carrément été dure de partir !!!
Alors après les enfants, voici quelques femmes, (prémices d'un futur carnet spécial pour vous les femmes ?).
En Inde, les femmes sont habillées de vêtements très colorés et de longs voiles.
Mais sont surtout belles.
Et costaud en plus, elles ont décidément tout pour plaire ces indiennes !
Ici la femme déménageur,
et là la femme Gilbert Montagné, sous le sunlight des tropiques !
Le sommum de l'élégance, c'est ça une indienne, ça vous laisse sur place.
Pour vous éviter une transition trop dure, je vous propose de vous détendre sur quelques portraits de bestiaux ma foi fort sympathiques.
Le chien qui ne sait plus comment se mettre pour dormir ou qui tente despérément de trouver la posture la plus ridicule (je crois que c'est gagné pour le ridicule). Dis-donc Roger t'as pensé à t'allonger sur le ventre ?
La vache qui pour peu mangerait mon appareil-photo.
alors après la publicité animalière, nous poursuivons avec les hommes, les indiens. Je commence par vous présenter le frère de Freddy Mercurie qui à l'image de son frère fait carrière dans la musique.
Le vendeur de fruit en tout genre (comme mon carnet portraits, c'est marrant ça !).
Les musiciens et danseuses traditionnelles habillés en musiciens et danseuses traditionnelles.
Des jeunes et des moins jeunes qui veulent encore et toujours une photo.
Encore une photo de gens dans la rue, mais pour une fois, l'arrière-plan est vraiment agréable !!!
Le cuisto.
Vous le saviez peut-être mais en Inde les hommes portent un turban faisant généralement dix mètres de long (pratique le matin !).
Attention c'est parti pour un festival de turbans et de moustaches, parce que ce qui va avec le turban, c'est bien évidemment la moustache. On commence très fort avec Big Moustache.
Un turban jaune avec une moustache,
un turban blanc avec une petite moustache, pour notre indien fatigué par le voyage,
on a un semblant de moustache et pas de turban pas sérieux tout ça monsieur !
Il n'a ni la moustache, ni le turban mais une barbe de star !
Voila un vrai avec la panoplie complète.
Imaginez le temps qu'il doit lui falloir pour mettre tout ça sur la tête !
Je vous laisse continuer 5 minutes sans moi, je vais boire un café, vous avez compris le principe.
Me revoilà, j'ai pris un café avec 2 sucres si vous voulez tout savoir. On poursuis donc avec cet homme au regard sévère.
Remarquez le dessin de la barbe en forme de moustache, fascinant ces indiens !
Le grand-père de Popeye.
Un homme sans moustache, ni barbe, ni turban, ni cheveux longs ça change un peu.
Un sadhus pris au vol en route pour la méditation.
Et pour finir, moi avec le gérant d'un cyber cafè en habit traditionnel de cyber café-man.
Et là avec Sarah, une belge qui m'a acoompagné ou que j'ai accompagnée, bref que nous nous sommes accompagnés mutuellement pendant quelques jours. Merci Sarah, à bientôt !


Carnet suivant